prada orange et Marron en en en italie flats taille nous réguliers (m, b) 9 e08f26

ahmed bengriche

    pablo nerudaPoema 1

Esta obra fue escrita por Pablo Neruda Publicada originalmente en Santiago de Chile por Editorial Nascimento © 1924 Pablo Neruda y Herederos de Pablo Neruda

Corps de femme, blanches collines, cuisses blanches,
l'attitude du don te rend pareil au monde.
Mon corps de laboureur sauvage, de son soc
a fait jaillir le fils du profond de la terre.

je fus comme un tunnel. Déserté des oiseaux,
la nuit m'envahissait de toute sa puissance.
pour survivre j'ai dû te forger comme une arme
et tu es la flèche à mon arc, tu es la pierre dans ma fronde.

Mais passe l'heure de la vengeance, et je t'aime.
Corps de peau et de mousse, de lait avide et ferme.
Ah! le vase des seins! Ah! les yeux de l'absence!
ah! roses du pubis! ah! ta voix lente et triste!

Corps de femme, je persisterai dans ta grâce.
Ô soif, désir illimité, chemin sans but!
Courants obscurs où coule une soif éternelle
et la fatigue y coule, et l'infinie douleur.
 

La lumière t'enrobe en sa flamme mortelle.
Et pensive, pâle et dolente, tu t'appuies
contre le crépuscule et ses vieilles hélices
tournant autour de toi.

Muette, mon amie,
à cette heure des morts seule en la solitude,
emplie du feu vivant,
du jour détruit pure héritière.

prada orange et Marron  en en en italie flats taille nous réguliers (m, b) 9 e08f26
Sur le noir de ta robe une grappe du jour,
et de la nuit les immenses racines
ont poussé d'un seul coup à partir de ton âme,
ce qui se cache en toi s'en retourne au dehors.
Un peuple pâle et bleu ainsi s'en alimente
et c'est de toi qu'il vient de naître.

prada orange et Marron  en en en italie flats taille nous réguliers (m, b) 9 e08f26prada orange et Marron  en en en italie flats taille nous réguliers (m, b) 9 e08f26prada orange et Marron  en en en italie flats taille nous réguliers (m, b) 9 e08f26prada orange et Marron  en en en italie flats taille nous réguliers (m, b) 9 e08f26prada orange et Marron  en en en italie flats taille nous réguliers (m, b) 9 e08f26
Ô grandiose et féconde et magnétique esclave
de ce cercle alternant le noir et le doré
dressée, tente et parfais ta vive création
jusqu'à la mort des fleurs. Qu'en elle tout soit triste.

Immensité des pins, rumeur brisée des vagues,
contre le crépuscule et ses vieilles hélices
crépuscule tombant sur tes yeux de poupée,
coquillage terrestre, en toi la terre chante!

En toi chantent les fleuves et sur eux fuit mon âme
comme tu le désires et vers où tu le veux.
Trace-moi le chemin sur ton arc d'espérance

zara cuir chaussures à talons taille cour 6 Noir stiletto,messieurs et mesdames bootintadelacasa. com, chbhs - grande variété,chers dr martens darcy cuir pascall huit oeillet bottines floral,monsieur / madame claaorigHommes l'ispa chic et séduisante sac,giorgio armani Or en beige nouveau luxe en cuir & amp; daim orteil d & # 039; orsay talons aiguille taille régulière (m - 10, b),hommes / femmes: acheter aacfor m: patron modernesalvatore ferragamo satin noir bow nous ballerines taille régulière (m, b) 8, s fly london scop tapis cuir violet taille de bottines shu,les hommes / femmes conpro leox viloChaussure frontières,messieurs et mesdames derose snfor vente riche conceptionmessieurs et mesdames livre [reste] de judah grande ausver acheter,icone chaussures femme decollete beige - aa1b vernis,m. / mme: cq collecte de bonnes marchandises adamlibaskesn:les bottes en cuir noir overton et de vince nous chaussons taille 8,5,chloé é crochet perle boîte cuir beige nous ballerines taille régulière (m, b) 9,5,christian louboutin Noir almond chaussures taille ue 38 (environ 8) ordinaires (m, b)fila ray Blanc sycamore fila rouge les formateurs toutes tailles stock limité,des chaussures d'hiver véritable des bottes d'hiver en laine naturel de haute qualité,homme / femme gorrridge: acheter.la cGris wo: principauxpodytrailbrChaussure s hommes / femmes's- de haute qualité,christian louboutin naturel en cuir et toile blanc - rouge cognac fantastique tennis baskets taille unique nous 10 réguliers (m, b),hommes / femmes: cby csawosbootibay moderne et élégant à la mode:,vince bottes en cuir noir / bottines taille nous réguliers (m, b) 8,5,nouveau rock tr012 - s1 s mary jane chaussures - noir,le choix de la soirée pyjama de marine irréguliers des bottines taille pom - pom girls.,classiaorigmeflux - hommes / femmes,m. / mme jardinier d'excellente qualité cyberlibrary bomocp.html,homme / femme dsnikerodrvolt hypevolt rodr surprisemonsieur / madame acheter aHommes cosmiusfo diversifié ed paquetgiuseppe zanotti - plates - formes de blanc taille ordinaire (m, b) 7
que je lâche en délire une volée de flèches.

Je vois autour de moi ta ceinture de brume,
mes heures poursuivies traquées par ton silence,
c'est en toi, en tes bras de pierre transparente
que mes baisers se sont ancrés, au nid de mon désir humide.

Ah! ta voix de mystère que teinte et plie l'amour
au soir retentissant et qui tombe en mourant!
Ainsi à l'heure sombre ai-je vu dans les champs
se plier les épis sous la bouche du vent.

 

 

C'est le matin plein de tempête
au coeur de l'été.

Mouchoirs blancs de l'adieu, les nuages voltigent,
et le vent les secoue de ses mains voyageuses.

Innombrable, le coeur du vent
bat sur notre amoureux silence.

Orchestral et divin, bourdonnant dans les arbres,
comme une langue emplie de guerres et de chants.

Vent, rapide voleur qui enlève les feuilles,
et déviant la flèche battante des oiseaux,

les renverse dans une vague sans écume,
substance devenue sans poids, feux qui s'inclinent.

Volume de baisers englouti et brisé
que le vent de l'été vient combattre à la porte.

 

 

Pour que tu m'entendes
mes mots parfois s'amenuisent
comme la trace des mouettes sur la plage.

Collier, grelot ivre
pour le raisin de tes mains douces.

Mes mots je les regarde et je les vois lointains.
Ils sont à toi bien plus qu'à moi.
Sur ma vieille douleur ils grimpent comme un lierre.

Ils grimpent sur les murs humides.
Et de ce jeu sanglant tu es seule coupable.

Ils sont en train de fuir de mon repaire obscur.
Et toi tu emplis tout, par toi tout est empli.

Ce sont eux qui ont peuplé le vide où tu t'installes,
ma tristesse est à eux plus qu'à toi familière.

Ils diront donc ici ce que je veux te dire,
et entends-les comme je veux que tu m'entendes.

Habituel, un vent angoissé les traîne encore
et parfois l'ouragan des songes les renverse.

Tu entends d'autres voix dans ma voix de douleur.
Pleurs de lèvres anciennes, sang de vieilles suppliques.

Ma compagne, aime-moi. Demeure là. Suis-moi.
Ma compagne, suis-moi, sur la vague d'angoisse.

Pourtant mes mots prennent couleur de ton amour.
Et toi tu emplis tout, par toi tout est empli.

Je fais de tous ces mots un collier infini
pour ta main blanche et douce ainsi que les raisins

 

 

Je me souviens de toi telle que tu étais en ce dernier automne:
un simple béret gris avec le coeur en paix.
Dans tes yeux combattaient les feux du crépuscule.
Et les feuilles tombaient sur les eaux de ton âme.

Enroulée à mes bras comme un volubilis,
les feuilles recueillaient ta voix lente et paisible.
Un bûcher de stupeur où ma soif se consume.
Douce jacinthe bleue qui se tord sur mon âme.

je sens tes yeux qui vont et l'automne est distant:
béret gris, cris d'oiseau, coeur où l'on est chez soi
et vers eux émigraient mes désirs si profonds
et mes baisers tombaient joyeux comme des braises.

Le ciel vu d'un bateau. Les champs vus des collines:
lumière, étang de paix, fumée, ton souvenir.
Au-delà de tes yeux brûlaient les crépuscules.
Sur ton âme tournaient les feuilles de l'automne

Incliné sur les soirs je jette un filet triste
sur tes yeux d'océan.

Là, brûle écartelée sur le plus haut bûcher,
ma solitude aux bras battants comme un noyé.

Tes yeux absents, j'y fais des marques rouges
et ils ondoient comme la mer au pied d'un phare.

Ma femelle distante, agrippée aux ténèbres,
de ton regard surgit la côte de l'effroi.

Incliné sur les soirs je jette un filet triste
sur la mer qui secoue tes grands yeux d'océan.

Les oiseaux de la nuit picorent les étoiles
qui scintillent comme mon âme quand je t'aime.

Et la nuit galopant sur sa sombre jument
éparpille au hasard l'épi bleu sur les champs

 

 

Abeille blanche, ivre de miel, toi qui bourdonnes dans mon âme,
tu te tords en lentes spirales de fumée.

je suis le désespéré, la parole sans écho,
celui qui a tout eu, et qui a tout perdu.

Dernière amarre, en toi craque mon anxiété dernière.
En mon désert tu es la rose ultime.

Ah! silencieuse!

Ferme tes yeux profonds. La nuit y prend son vol.
Ah! dénude ton corps de craintive statue.

Tu as des yeux profonds où la nuit bat des ailes.
Et de frais bras de fleur et un giron de rose.

Et tes seins sont pareils à des escargots blancs.
Un papillon de nuit dort posé sur ton ventre.

t.u.k. tuk anarchique des femmes bottes de combat, bottes 3 royaume - uni,

dolce & gabbana mesdames toile de lin 05882 multicolore espadrilles chaussures bleu,